<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d8948662871530317680\x26blogName\x3dUne+pr%C3%A9paratrice+qui+r%C3%AAvait+d\x27%C3%AAtre+ph...\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLUE\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://crapouns.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://crapouns.blogspot.com/\x26vt\x3d-4641757709396328859', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
Brèves d'écolière
dimanche 26 août 2012 | Posté par Crapouns à 01:43

On ne peut pas dire que l'école et moi soyons copines. Voire plutôt l'inverse. Voire elle me déteste. Voire je la hais.

Et pourtant, pendant 2 ans, 2 fois par semaine, souvent moins, j'allais poser mes fesses sur ces chaises si inconfortables et j'écoutais d'une oreille ce qu'on essayait de m'enseigner. Toutes les matières n'avaient pas grâce à mes yeux, ou plutôt, peu de prof passait mon évaluation de la compétence.

Notre prof de pharmaco par exemple, a perdu toute crédibilité, elle n'en avait déjà que peu, le jour où elle nous a soutenu que la lamaline (un anti douleurs à base d'opium) était un produit conseil formidable.
Je suis une vilaine cancre, depuis ce jour fatidique pour elle, mon seul but était de trouver la coquille dans son superbe polycopié, pompé pour la plupart dans des revues médicales pour les nuls, si elle avait pu, elle nous aurait fait des cours à la C'est pas sorcier.
A force de prise de becs et de rattrapage intempestif de sommeil pendant ses cours, j'ai fini par me faire exclure, après qu'elle m'ait traitée de "petite conne". Grossière erreur très chère, ta dépression  en est le résultat.
Mme D, vous comptez parmi ces êtres que je n'oublierai jamais, par votre incompétence.

Notre prof de commentaire d'ordonnance en revanche était généralissime, une mine de conseils et d'explications, elle était tout à fait à jour des nouveautés étant parallèlement toujours en exercice officinal.
J'étais sa meilleure élève, sur les 7 classes de BP que comptaient notre CFA, ses heures de cours avait un goût de nectar, directement appliqués une fois retournée sur le terrain.
Du bonheur à l'état pur, tu vois ?

Il y a ce jour aussi, convoquée chez la directrice pour discuter de mes absences, où elle m'a dit que je n'aurais peut être pas accès aux épreuves, et où je lui ai ris au nez.
Ne vous méprenez pas, intérieurement, je pleurais, le déluge, une espèce de crise de panique, mais le masque de la cancrelette devait rester en place, pour le succès de mes plans machiavéliques.
Avec le soutien du reste du corps enseignant, qui voyait mon "fort potentiel", et pour leurs stats un peu à ras les pâquerettes, j'ai  eu le droit, comme mes copines, de me présenter après 12 000h de bouchons, don't worry.

Il y a ce jour, où Mme D toujours, m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit "tu vas rater, tu n'es pas capable d'avoir ton BP". Un jour, lorsque je remonterai à Paris, je prendrais le temps de passer la voir, et je lui donnerai une boîte de Lamaline.

Toutes ces évaluations où mes copines et moi, scotchées à nos smartphones, pompions les réponses sur Wikipédia.

Tous ces éclats de rire sans vergogne, sans retenue, en se foutant de ce que l'on pouvait penser de nous.

Les heures de queue au micro-onde le midi pour faire réchauffer le hachis parmentier Picard.

Ces litres de café insipide que nous délivrait la machine pour la modique somme de 40 centimes.

Le jour de l'épreuve des travaux pratiques, où ma prof (qui ne nous notait pas, évidemment) m'a fait un clin d’œil. J'ai eu 18.

Le jour de l'épreuve de galénique, la 1ère de l'écrit où en sortant, j'ai essayé d'appeler 1000 fois ma mère sans succès pour lui crier ma réussite. Elle me rappellera un peu plus tard, pour me dire que mon grand père était décédé.

Et enfin, ce jour de juillet 2010, le téléphone sonne vers 14h, "ADELINE, C'EST BON !!!" Je ne comprends pas, je ne veux pas, les résultats ne sont mis en ligne qu'à 17h. "MAIS SI JE TE JURE, TU L'AS". Quoi, que, moi ? Une larme, une coupe de champagne, et le plus beau jour de ma scolarité.

On a tous de bons et de mauvais souvenirs d'école, et si c'était à refaire, je ne changerais rien.


4 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

toujours aussi agréable à lire

Ecrit le 26 août 2012 à 10:37  
Blogger Crapouns a dit...

Merci beaucoup !

Ecrit le 26 août 2012 à 13:05  
Blogger Celia-ne a dit...

J'espère que moi aussi "Ca sera bon !". Rendez-vous en juin !

7 classes de BP ?? à Limoges, 24 élèves en première année, 22 en seconde environ et le café est à 0.35€ =P

Ecrit le 26 août 2012 à 14:18  
Blogger Crapouns a dit...

Je l'espère pour toi aussi ;)

Oui 7 classes, et en région parisienne, il y a 3 écoles !
La mienne n'était pas la plus réputée, j'imagine qu'à Paris même, il y a encore plus de candidats !

Ecrit le 26 août 2012 à 16:35  

Enregistrer un commentaire

{A c c u e i l}






« Anciens articles | Articles plus récents »
Profil

Adeline, 20 ans, presque 30.


Blogs santé

Dix lunes
Pharmacien comprimé
Sparadrap gaffe & perfusions
Fluorette
Boree
Thoracotomie
Super gélule
DZB17
Spykologue
Bétadine pure
1 bouffée matin et soir
Farfadoc
Docteur Couine
Stockholm
Un jour un interne
Dans ma blouse
Mike de Bakey
Dr Zouille
Anthologia

Archives

· juin 2012
· juillet 2012
· août 2012
· septembre 2012
· octobre 2012
· novembre 2012
· décembre 2012
· janvier 2013
· février 2013
· avril 2013
· février 2014
· mars 2014
· avril 2014
· janvier 2015